ISSN: 2038-0925

Numéro 13 | Appel à contribution

"Fort Portobelo" by Steve Levi on Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)IT | FR | EN | ES
.
.
.

ACTEURS INHABITUELS
Forme et effets de l’action informelle dans les Caraïbes, entre légalité et illégalité (XVII-XXI siècle)

Quel est le rôle des institutions informelles dans l’évolution des aspects économiques, politiques et sociaux du bassin carabique ? Diacronie analysera le développement économique et social de la région, mettant l’accent sur le rôle joué par les acteurs informels, à savoir les représentants des groupes qui, se déplaçant entre légalité et illégalité, réussissaient – et réussissent – à donner à l’individu (client, consommateur ou commerçant), ce que les lois interdisent.
L’objectif est d’examiner phénomènes appartenant soit à la période contemporaine, soit phénomènes qui, bien que liés à l’âge moderne, ont généré des conséquences à long terme dans l’histoire de la région et dans les zones qui lui sont liées. Textes telles que European commercial expansion in early modern Asia [1] de Sanjay Subrahmanyam, Illicit Riches de Wim Klooster [2], Smuggling de Alan Karras [3] et Creolization and Contraband de Linda Rupert [4] en analysant les phénomènes de durée ultra-séculaire, ont démontré la continuité entre événements économiques et sociaux transnationaux et transculturels: dans leurs études, l’acteur informel (le pirate, contrebandier, le trafiquant de drogue) acquiert un rôle actif dans le développement socioéconomique de la société coloniale et post-coloniale à laquelle il appartient, ce qui laisse une impression durable sur son évolution.

Nous traiterons en particulier les réseaux commerciaux autour duquel se produisent des phénomènes économiques et sociaux tels que la contrebande, la piraterie ou le trafic de drogue, représentés, dans différentes formes et tailles selon le temps, dans une région – les Caraïbes – caractérisée par une profonde interpénétration entre les institutions formelles et informelles, souvent complémentaires les unes aux autres.

Profitant des contributions offertes par publications récentes relatives à l’histoire économique et sociale de la région, telles que The Atlantic Economy during the Seventeenth and Eighteenth Centuries de Peter Coclanis [5], ou à Transnational crime in the Americas: an inter-American dialogue book de Tom Farer [6], de Tom Farer, cette approche impose aux historiens modernistes et contemporanéistes d’examiner le rôle des acteurs informels dans les différents moments historiques dans lesquels des institutions économiques et politiques fondamentales pour cette zone sont nées et se sont consolidées.

Cet appel à communications s’adresse en particulier à recherches qui traitent de:

  • Création de réseaux économiques informels et leurs effets sur les sociétés locales;
  • contrebande, piraterie et narcotrafic, à partir du XVIIe au XXIe siècle: formes et structures;
  • les acteurs informels dans la région: origine et développement;
  • les réseaux informels transnationaux comme opposition ou mécanisme complémentaire aux systèmes et aux monopoles nationaux;
  • rôle et poids socio-économique des groupes informels dans les communautés de l’Amérique centrale, des Caraïbes et des zones connectées au basin carabique par les trafics commerciaux.

NOTES

[1] SUBRAHMANYAM, Sanjay, Merchant networks in the early modern world, Aldershot-Brookfield, Variorum, 1996.

[2] KLOOSTER, Wim, Illicit riches. Dutch trade in the Caribbean, 1648-1795, Leiden, KITLV, 1998.

[3] KARRAS, Alan L., Smuggling. Contraband and Corruption in World History, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, 2010.

[4] RUPERT, Linda, Creolization and Contraband: Curaçao in the Early Modern Atlantic World, Athens, University of Georgia Press, 2012.

[5] COCLANIS, Peter (edited by), The Atlantic Economy during the Seventeenth and Eighteenth Centuries: organization, operation, practice, and personnel, Columbia, University of South Carolina Press, 2005.

[6] FARER, Tom (editor), Transnational crime in the Americas: an inter-American dialogue book, New York, Routledge, 1999.


Soumettre un article
Les auteurs intéressés à participer au numéro peuvent nous adresser les articles en italien, anglais, français ou espagnol (dans l’idéal de 30.000-40.000 signes, espaces, notes et bibliographie compris, et respectant les règles typographiques et les consignes aux auteurs décrites ici: http://www.studistorici.com/proposte-di-contributi/) à l’adresse e-mail: Scrivi una mail redazione.diacronie[at]hotmail.it.
Merci de nous faire part de votre intention de soumettre une proposition d’article et de nous envoyer un résumé de 1.500 signes avant le 30 novembre 2012. La date limite pour l’envoi des articles est le 15 février 2013.

Scrivi un commento